Cette rubrique, enrichie par les membres d'AUDDAS, permet de partager vos conseils, retours d'expériences, liens spécifiques à la poursuite de la carrière des docteurs, en particulier après une thèse en astrophysique.

Certains tuyaux ont été testés et approuvés. D'autres non. N'hésitez pas à partager votre propre retour d'expérience !

Entreprises bénéficiant du CIR

Les entreprises agréées CIR (Crédit d'Impôt Recherche) peuvent embaucher des docteurs (1er emploi après le doctorat) pour pas cher. Ca peut valoir le coup de les démarcher. La liste est disponible sur le site du MESR (Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche) :

http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid23182/cir-liste-des-organismes-experts-bureaux-de-style-et-stylistes-agrees.html

Mieux se connaître et mieux connaître les entreprises

http://www.competences-docteurs.fr/

Un résumé du rapport sur l'employabilité des docteurs et des travaux menés par ADOC TM : http://www.adoc-tm.com/plaquette.pdf et le rapport complet : http://www.adoc-tm.com/rapport.pdf

Pour mieux connaître les entreprises, le premier point, c'est d'aller sur leur site web. Mais aussi de télécharger leur bilan d'activité qui permet de mieux connaître l'entreprise dans les détails.

Tuyaux pour les entretiens d'embauche

Parler de son sujet de thèse

- Parler du sujet de sa thèse ? Ca peut être demandé. Par exemple, par quelqu'un qui va tester vos compétences pour expliquer simplement quelque chose de complexe. Un conseil : il faut racconter une histoire pour accrocher l'auditeur. Rester bref : quelques minutes suffisent. Bien préparer son texte à l'avance. Un article à ce sujet sur le site de Redoc Paris-Est

Négocier son salaire

Négocier son salaire, c'est crucial, et en général, les docteurs ne savent pas le faire, ou le font mal. Plusieurs points à garder en tête :

  • Les docteurs ont rarement une bonne idée de leur valeur réelle sur le marché de l'emploi. Une bonne chose à faire pour se clarifier un peu les idées, c'est de regarder sur le site de l'APEC, qui recense les salaires (minimum, moyen, maximum) en fonction du poste et de l'expérience. Ça ne veut pas dire que c'est une vérité immuable, mais ça permet de commencer à se faire une idée. L'autre chose à faire, c'est d'essayer de discuter avec des gens qui occupent des postes similaires. LinkedIn & co, c'est aussi à ça que ça sert : permettre de contacter des gens qui sont dans la boîte, et discuter avec eux de la vie dans la boîte, et de menus détails tels que le salaire, et toutes les occasions de réseauter sont également bonnes à prendre pour récupérer ce type d'informations. On peut aussi se renseigner auprès des syndicats (surtout pour les grosses entreprises) qui font parfois un récapitulatifs des salaires pratiqués dans l'entreprise en fonction du type de poste : d'une entreprise a l'autre, les tendances peuvent varier légèrement.
  • Le privé, ça paie plus que le public. C'est donc assez normal de gagner plus dans le privé, et il faut faire attention à ce que le salaire proposé ne soit pas trop bas (ce dont on se rend rarement compte en sortant du public, avec des salaires qui sont en général assez faibles compte tenu du niveau d'expérience et du diplôme). Il ne faut pas hésiter à négocier (tout en étant raisonnable, et donc en sachant ce à quoi on peut prétendre), surtout si le salaire annoncé n'est pas dans les fourchettes habituelles (cf. le point précédent).
  • Méfiez-vous des primes ! Les primes, ça peut paraître alléchant en première lecture, mais ça peut vite être un double piège. Le premier par rapport à la retraite : la retraite est calculée sur la base du salaire, pas sur les primes. Le deuxième, par rapport à l'avancement ou au changement de poste en interne : un avancement se calcule sur le salaire de base, et en cas de changement de poste (qui peut rimer avec perte des primes qui étaient liées au poste précédent), le risque de perdre le bénéfice des primes est fort, et la renégociation du salaire se fera, là encore, sur le salaire de base.
  • À garder en tête pour plus tard, au rayon salaire : un avancement se calcule proportionnellement au salaire, et il semble commun d'obtenir des avancements de l'ordre de 1,5 à 2% du salaire de base.

Des exemples à garder en tête : un diplômé de master, en premier emploi dans une SSII, peut prétendre à 30 à 35 k€ brut/an. Un jeune cadre (entre 1 et 5 ans d'expérience, donc ce qui correspond globalement au cas d'un jeune docteur), peut plutôt prétendre à 35 à 40 k€ brut/an à l'embauche. (Source : Études annuelles sur le salaire des cadres de l'APEC.)

Méthode SCORE

TBC.

Recherche publique et concours

Réseaux sociaux dédiés à la recherche :

http://www.mysciencework.com/. MyScienceWork est un réseau social mondial, développé par une équipe française, orienté chercheurs, très actif dans le domaine de l'open-acces. Permet de partager articles, offres d'emplois, actualités scientifiques...

http://www.researchgate.net/ : cependant, attention au spam qu'il génère non seulement dans votre boite mail mais aussi dans la boite mail de vos collaborateurs (même si vous faites très attention, il y a des mails intempestifs qui sont envoyé en votre nom sans votre accord explicite)...

Sites d'emplois pour la recherche spécialisés en Astronomie/Astrophysique :

Site international pour les postes en astronomie (CDD, CDI) : http://jobregister.aas.org/

Lien direct pour les CDD (que certains continuent à appeler post-docs ;-) ) : http://jobregister.aas.org/#PostVFellow

http://www.astrobetter.com/, un excellent site de ressources pour les chercheurs en astro, propose (entre autres) le rumor mill, qui donne les noms des personnes à qui on a proposé un job. C'est un peu déprimant de voir un autre nom que le sien s'afficher pour le job que l'on cherche, mais ça donne une petite idée des positions qui sont encore à prendre, ou pas... http://www.astrobetter.com/wiki/tiki-index.php?page=Rumor+Mill+2011-2012+Postdoc-Term

Une petite précision à propos du Rumor Mill. Il faut savoir qu'il est mis à jour par une adresse email anonyme, où l'on envoie les "tuyaux". Ceci implique que c'est généralement les personnes concernées qui fournissent les renseignements. Sans discuter sur la légitimité du système, il est important de savoir que ceci peut avoir un impact sur le recrutement (votre nom apparaissant plusieurs fois, vous fait apparaitre comme plus enviable/"sexy"). Ceci étant, c'est fortement dépendant des instituts, des comités de sélection, des pays.

Il existe des listes de diffusion auxquelles vous pouvez vous abonner pour recevoir les offres et les infos concernant les différents concours :

Pour les postes d'ATER, des informations peuvent être trouvé sur le portail suivant : https://www.galaxie.enseignementsup-recherche.gouv.fr/ensup/cand_postes_GALAXIE.htm

Certaines université font leur appel aux candidatures directement sur leur site web (comme à l'observatoire)

La qualification

Pour proposer sa candidatures à la qualification et trouver toutes les informations nécessaire c'est ici : https://www.galaxie.enseignementsup-recherche.gouv.fr/ensup/cand_postes_GALAXIE.htm

Attention aux dates limites de soumission des dossiers! Peu de "publicité" est faite autour de ces dates et l'inscription se passe au moment souvent crucial de la fin de la thèse (septembre-octobre) où on a d'autres choses en tête :-) !

Concours Recherche CNRS

TBC

Concours CNAP

TBC

Les postes de Maitre de Conférence

TBC

Les concours IT/ITRF

TBC

Listes professionnelles

Certaines listes professionnelles diffusent des offres d'emploi (il faut savoir que publier une offre sur un site comme l'APEC est payant, donc certaines offres ne sont publiées que de façon limitée). Exemple, la liste "Calcul" du CNRS : http://calcul.math.cnrs.fr/spip.php?rubrique3. Notez que quelques offres dans le privé passent également sur ces listes.

Que faire après une thèse en astrophysique ?

La question se pose clairement pour les docteurs (et +) qui ont passé toute leur vie dans le monde académique. A la sortie de celui-ci, on n'a en général qu'une idée très vague des possibilités qui s'offrent à nous.

Les petits déjeuners de l'AUDDAS sont faits pour répondre à cette question et rencontrer un docteur en astro passé de l'autre côté.

On peut aussi trouver des exemples concrets sur le site de l'AAS par exemple : http://imis10.aas.org/career/nonacademic/bycareertype.cfm. C'est centré US, mais ça donne un petit panel des possibilités.

Il existe également ce site : http://www.jobsforastronomers.com/ qui donne un apperçu des possibilités de carrière en dehors du monde académique après un doctorant en astrophysique avec des témoignages et retours d'expérience.

Sur linkedin, groupe "Astronomers beyong academia" : http://www.linkedin.com/groups?home=&gid=4576131&trk=anet_ug_hm

Enfin, sur AstroBetter, il y a une série d'interview d'astronome qui ont quitté la recherche et qui explique ce qu'ils font : http://www.astrobetter.com/tag/career-profile/

Plus d'articles...

  1. Conseils généraux